<- CNRS 4, p. 17

CNRS 4, p. 18

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 19 Index des Cahiers


$

Le moi est ce qui apparaît ou paraît apparaître toutes les fois que la connaissance change sensiblement par un changement étranger [[ Aj. rsup.: extérieur ]]  aux choses qui la remplissent momentanément. Il est le nom commun de la correspondance entre des fonctions indépendantes.

Lorsque je connais une chose, je connais en même temps plus ou moins nettement une autre chose, un reste, séparée de la 1ère etc.

Nous imaginons le moi pour désigner la correspondance des éléments du milieu - ou de plusieurs milieux -

Optique du moi.

*

Le moi dit: je suis plus général, plus durable, que toute chose (que toute adaptation) qui que tu sois, quoi que tu sois, tu passes et je reste, et sinon, nous périssons tous les deux.

Je ne puis pas être vaincu seul. Je ne meurs qu'avec l'adversaire.

Le moi fuit toute chose créée.

Le moi implique que, entre beaucoup de fonctions la relation soit due à une fonction spéciale qui a une certaine indépendance. L'état de cette fonction est le degré même de liberté du système. Cette fonction dispose du champ instantané de conscience. Elle l'agrandit, le rétrécit etc. elle-même commandée par des excitations diverses.

Si je viens à regarder comme étrangère )la pensée que je viens d'avoir comme si après l'avoir prononcée, je venais à l'entendre, je n'ai fait que changer en quelque sorte le sens du mouvement ou le sens de l'adaptation.( Je regarde mémoire ce que j'ai fait excitation. Je trouve qu'elle n'est plus adaptée, elle n'est plus en relation.

 

Le souvenir c'est traverser les mêmes états.

< Dans le même ordre qu'en premier, mais en sens contraire ??? >

en adjoignant au système un moyen extérieur, un travail extérieur à lui.

*

C'est un hasard que dans telle direction, je voie telle coloration.

Le hasard est relation entre valeurs.

Je rencontre un homme a R b

Cet homme est X       b R X

Or, je cherchais X    X R C donc je rencontre le cherché.

Extraire une bille ne détermine pas la couleur de la bille or telle bille est à la fois  et distinctivement, l'objet de mon acte et le signe d'un gain ou perte.

Si mon acte déterminait la couleur, il n'y aurait pas hasard, mais ordre.

 

Dire: j'extrais une boule blanche est mal dit, si mon geste n'a pas été guidé par la vue de la blanche.

Quand je pense à faire une chose je ne pense pas aux accidents possibles je vois un trajet abstrait - que je puis donc penser entièrement à part.

Problème mathématique

lim N/M = P  M est indépendant de N.



Date de création : 20-04-2003