<- CNRS 4, p. 9

CNRS 4, p. 10

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 11 Index des Cahiers


$

La continuité psychologique devra être définie ainsi qu'il suit:

On donne d'abord m éléments distincts formant un ensemble E.

On remarque ensuite que E comprend d'autres éléments que les m.

Enfin, tout élément de E autre que les m est placé d'une certaine façon unique par rapport aux m et particulièrement par rapport à n des m de sorte que tout élément de E détermine univoquement  n autres éléments.

n est comparable au nombre de dimensions.

Pour la couleur m=8  n=4

Pour la mémoire m=3  n=1

 

voir citra 11 feuillets plus loin

*

Mécanisme de l'impatience.

Tout l'homme est en raccourci dans l'impatience. L'homme est l'être bizarre qui se démène pour  faire tomber la pluie. Il veut qu'elle tombe. Il l'imagine et à chaque imagination, s'oppose la réalité sèche. Moins elle tombe plus il l'imagine, et plus il l'imagine plus il sent qu'elle ne tombe = plus il est divisé. Alors il se met à "faire passer le temps" le voilà qui marche et revient, cependant qu'il invective, cherche des causes; bientôt se voit bête se gronde, remonte à l'origine de son agitation, y trouve un réel besoin de la pluie, un sage désir, c'est-à-dire un bon prétexte pour recommencer son cercle qui part d'une bonne raison, passe par une précision dont il est difficile de se défendre - se poursuit par l'antagonisme de deux images très nettes qui ne se répondent pas, l'agitation se propage, la fatigue retourne à la Déesse Raison, à la mesure, à l'adaptation juste, mais la dépasse.

Morale. Science des actes. Doit se faire en éliminant les paroles. On voit ce qui reste. Le réel de la morale.

 

La pensée se transforme en acte toutes les fois qu'un acte seul peut l'annuler

quand la transformation est continue...

quand l'acte est intermédiaire.

Et d'abord, comment discerner la pensée de l'acte?

Les paroles intérieures, que sont-elles?

N'étant pas proprement la pensée puisqu'elles sont toujours devant être traduites, et d'ailleurs suggérées par quelque chose non parole.

Le primitif ne pense que ce qu'il faut pour agir, et autrement rêve.

Chez lui la pensée fait toujours seulement partie de l'action.

Sans notations, pas de volonté gardée, pas de calcul pas de netteté sans agissements

On ne peut réaliser ce vase clos, ce système isolé, séparé de l'impression originelle et séparé de l'exécution musculaire.

*

Comprendre c'est substituer à une donnée particulière, un fonctionnement général (dont elle est un cas particulier Reconstruire avec les moyens généraux l'objet.



Date de création : 20-04-2003