<- CNRS 3, p. 910

CNRS 4, p. 3

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 4, p. 4 Index des Cahiers

$

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Si l'on peut rattraper les choses passées, se souvenir!

C'est qu'il y a un autre chemin que le leur, un raccourci par rapport aux événements.

Ce chemin inconcevable est hors du temps.

*

On pourrait dire - si le souvenir se déroule continûment dans le sens même de la production des événements - c'est que la machine humaine prise toute entière ne peut fonctionner que dans un sens.

A'B' correspond à AB et A' toujours autre B et B'

A'B'µ AB

A'B'        S'il n'en était pas ainsi, à un temps ou instant correspondraient 2 séries, 2 présents!

*

Mélange de souvenirs.

Souvent les séries se mélangent. Alors on a les associations qui sont des souvenirs dont l'aspect chronologique est défiguré. L'enfant répète les histoires qu'on lui a contées en les mêlant. Dans ce cas le mélange est souvent dû à des relations rationnelles

*

Un ensemble discret est une suite s'il correspond d'une seule façon à une seule grandeur continue croissante [[ Aj. sup.: (voir page suivante) ]] Mais à chaque   valeur ne correspond pas nécessairement un élément, tandis qu'à chacun élément une valeur et une seule répond.

Donc un élément donne une valeur - et une valeur divise la grandeur et l'ensemble en deux parties. Cette coupure unique fait dire que le temps a 1 dimension.

Enfin à cette grandeur continue correspond un individu - une conscience. Plus exactement un "présent" ou sentiment de cette continuité apparente.

*

L'ordre est une équation entre un objet et une opération. Ce genre d'équation est une correspondance. Si le même objet peut être égalé à m opérations distinctes cet objet fait partie d'un simultané c'est-à-dire que p objets sont obtenus par une seule opération.

*

* Si au lieu d'éléments ou objets on introduit le terme Etat on a une correspondance bi-uniforme.



Date de création : 20-04-2003