<- CNRS 3, p. 908

CNRS 3, p. 909

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 910 Index des Cahiers


$

 

Le caractère du monde moderne est la convergence de la théorie et de la pratique.

 

*

 

Au fond de chacun son noyau inconnu, masse d'ombre qui joue le moi et le dieu.

 

*

 

Si je vais de A en B, le temps de ce parcours, je le mesure par tout développement possible entre les événements A et B et indépendant d'eux

R,a développement (de mes fonctions), exige une certaine liberté de "fonctionnement à l'égard du fonctionnement par lequel je vais de A en B

Je puis donc en remarquant cette indépendance, cette parenthèse dire A C B = A x B = A T B

mais en général la notion T dépend du chemin suivi et il faut une convention pour l'en déclarer indépendante.

 

*

 

Ce que nous appelons une suite d'événements est une correspondance entre un événement et une valeur d'une grandeur continue et uniforme. Si l'événement peut être entièrement donné en donnant une valeur de la suite, alors la suite est renversable. Si au contraire un des événements doit contenir des éléments étrangers à la grandeur conductrice la suite n'est pas renversable.

 

*

 

Soit un trajet AD

On peut concevoir après l'aller A -> D 2 retours. L'un DA qui consiste à revenir sur ses pas, l'autre (- AD) qui consiste [à] refaire AD identiquement en sens inverse [[ . Var. aj. sup.: à reculons ]] , c'est à dire prendre la systématique de AD par rapport au temps

Si DA et - AD existaient également à chaque valeurs de t correspondraient 2 valeurs différents, 2 événements différents

Ces asymétries sont dues à ceci

 



Date de création : 20-04-2003