<- CNRS 3, p. 904

CNRS 3, p. 905

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 906 Index des Cahiers


 

$

 

 

A toute connaissance sont mélangés des jugements de grandeur, ou plutôt des impressions de nature intensive.

 Ces grandeurs sont je crois des sensations particulières qui tiennent de près au fonctionnement de nos appareils centraux d'adaptation.

Centraux car il n'est pas de qualité sans cette saveur d'une grandeur

Sans ces intensités, le reste de mon activité, l'univers de l'instant demeurerait libre et indéterminé.

L'intensité est la gêne de ce qui pourrait être par ce qui est

Nous avons quelques moyens de combattre cette gêne et de nous en délivrer. On oppose sensation à sensation et la pensée se dégage.

Le monde extérieur est proprement l'ensemble des atteintes que nous pouvons équilibrer, ou que tentons ainsi d'équilibrer

Plus strictement est appelé ainsi le groupe de sensations dont l'équilibrage n'est jamais qu'éphémère. =

 

*

 

opération, acte - intermédiaire, fini, détachable, utilisable, mais

 

*

 

----> c'est à dire qu'un acte peut être regardé comme un élément comparable à ces termes, détachable, et indépendant et aussi comme une relation de termes invariables.

On a alors une opération.

Ainsi additionner a b c est la même nature que a et que b puisque a et b sont  1 ou a : a =  1 b = 1  a + b = 1

Chercher si le segment a est < ou > que le segment b c'est parcourir 0 X dont a et b sont des valeurs, alors b - a est aussi sur 0 X

 

*

 

L'ordre est une équation entre un élément et une opération (généralement indépendante de l'élément)

 

*

 

Oui, la notion d'opération est ceci: qu'un acte peut être regardé comme fini d'avance ou peut y appliquer le fini, et ce temps être manié

En somme toute modification nette et volontaire d'une représentation.



Date de création : 20-04-2003