<- CNRS 3, p. 900

CNRS 3, p. 901

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 902 Index des Cahiers


 

$

 

L'esprit, système de vitesses, dont les unes s'ajoutent les autres se déduisent. Et tantôt il devance toute chose, tantôt se voit dépassé. Ceci implique l'existence de repères entre lesquels ce concours de vitesse a lieu, d'avance posés

 

*

 

Je pense à des objets absents et je suis pénétré des sensations dans ce même moment: ces objets et ces sensations n'ont point de relation, et cependant la masse des uns est concurrente de celle des autres. Cette concurrence est le présent dont toute la diversité est liée ou unifiée de la même façon que les deux vues de mes deux yeux le sont.

 

*

 

Les objets absents nécessitent une clef ou une excitation qui les soutient perceptibles. Cette clef est généralement cachée.

C'est cette même clef, ou excitation qui fait la présence, l'existence actuelle de ces idées ou objets absents. La présence d'une idée - c'est-à-dire la présence d'un absent est la présence de cette excitation - ou sa nature semblable à celle d'une sensation. C'est le présent qui ouvre l'absent.

 

*

 

Les propriétés sur lesquelles la littérature se fonde, et les formes qui la constituent entièrement sont susceptibles d'un développement propre, différent de la littérature empirique.

Le sentiment que j'ai eu de l'existence générale de ces formes, et l'amour d'une littérature non empirique, l'un toujours plus net et plus vrai, l'autre toujours plus fort m'ont séparé des camarades.



Date de création : 20-04-2003