<- CNRS 3, p. 272

CNRS 3, p. 273

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 274 Index des Cahiers

$

Que m'apprend ma parole intérieure?

 

*

On détache le mouvement du mobile; et le geste du membre mû - comme la pensée se détache de son organe - Ce sont choses indépendantes mais inséparables - Et aussi ma pensée a toujours un lieu - je la place dans un endroit du lieu où je Suis - et hors de tels autres vases mais dans celui-ci - Si je me déplace elle transporte son origine et ses rayons - faisant partout son nid, au centre éternellement du réel, transportant l'immuable Ici, et le et sa sphère.

 

*

Simulation physiologique - fausses maladies - faux symptômes - Le système nerveux est le Protée - Il trompe nos "causes - On ne sait jamais qui a parlé - lui seul, ou lui comme instrument - Une ambiguïté éternelle, demeure sur ses indications - Tantôt transparent, tantôt peinture, vitrail.

 

*

Chercher à atteindre un certain état - c'est considérer cet état sous plusieurs aspects - réalisable, non réalisé - réalisé -

L'état d'effort - Le degré de pression des circonstances - Et considérer l'actuel comme instable, le faire instable.

*

Usage de l'imagination, usage de la mémoire - c'est-à-dire le vrai "raisonnement". Mais ces usages nécessitent des éléments et des cases -

*

La connaissance s'étend comme un arbre, par un procédé identique à lui-même; en se répétant1.

Novat reiterando.


Date de création : 20-04-2003