<- CNRS 3, p. 876

CNRS 3, p. 877

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 878 Index des Cahiers

$

L'homme ne sent jusqu'où peuvent exister son corps et son intellect; ni leurs ressources, ni leurs trahisons - dans toute leur étendue.

*

Il faut que demain je pense à telle chose. C'est le dispositif d'une association à distance.

La juxtaposition d'idées comme indépendante du temps - et donc devenue fonction.

La mémoire, transformation d'une variation totale quelconque en fonction partielle. J'ai passé de A en B sous l'influence d'actions quelconques momentanées - je contracte la propriété de passer de A en B, comme si B dépendait de A, ce qui n'était pas d'abord.

*

La mémoire brute comprend la résiduelle

           la mémoire périodique = (sans excitation                                                      connue)

           la mémoire d'enchaînement

           la mémoire du temps (mémoire totale                                                  d'enchaînement).

La mémoire organisée est celle qui sert à des actes actuels. Elle est obéissante et se rapproche des fonctionnements d'organes.

*

Il y a des objets que le regard qu'ils attirent fait évanouir.

*

On adore sous les noms d'âme générale et de vie - ce sentiment qui fait un homme regarder un arbre comme si tous les deux étaient des solutions diverses d'un même problème et des moments possibles d'un seul être. Et tous les deux s'alimentent et se multiplient chacun selon sa nature, et il y a des heures où les différences de détail paraissent nulles.

*

Homélie. Dieu a permis que l'homme put l'offenser et il s'est rendu capable d'en ressentir l'offense. C'est en quoi il s'est fait homme.

Et il a non moins voulu que ses paroles puissent être un scandale pour l'homme, et si l'homme les trouve quelquefois moins profondes, moins véritables, moins justes et surhumaines qu'il ne devait s'y attendre, c'est pour le mettre en défiance contre sa profondeur, sa vérité et sa justice.


Date de création : 20-04-2003