<- CNRS 3, p. 270

CNRS 3, p. 271

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 272 Index des Cahiers

*

La vérité n'est qu'une coordination - une certaine accommodation. Mais à quoi distinguer une accommodation entre une infinité d'autres?1 -

 

*

Il y a, en somme, des déformations partielles - ici et là et ces déformations de divers systèmes peuvent être telles qu'il y ait une correspondance bi-uniforme entre 2 ou n systèmes - Mais que fait la conscience?

La conscience est l'état dans lequel toute correspondance non uniforme paraît instable et provoque des réactions vers l'uniformité.

L'esprit, l'intellect est l'action ainsi provoquée par laquelle ces correspondances sont recherchées et possédées -

Ainsi l'oeil ne s'accommode à la distance que par le moyen d'expériences musculaires qui donnent un sens musculaire ou tactile à chaque image nette, et aucun sens aux images voisines - L'état d'accommodation de l'oeil tel que l'image optique corresponde à une situation musculaire nette sera défini comme vérité, comme uniformité par la conscience [[ . Aj. marg. g.: Dans d'autres cas, au lieu d'accommodation de l'organe il y a interprétation. Ce son n'est pas net - donc il est loin. ]].

Reste à définir le commencement - c'est-à-dire ces variables indépendantes - qui se lient par expériences - et se délient de nouveau par l'analyse ou dans le sommeil -

 

*

Classification énergétique des variables -

  par la forme d'énergie obtenue -

on néglige forme et position pour ne retenir que similitude.

 

*

Le moi - fonction quelconque prise momentanément pour signe et moyen de toutes les autres - en tant qu'elle s'y lie -

On prend généralement pour Moi, la parole ou la sensibilité générale

 

*

I       Je ne suis pas bête parce que toutes fois que je me trouve en flagrant délit de bêtise, je passe, et je m'avance -

que ce qui me distingue des M et des Y, si intelligents - soit la pureté des moyens.


Date de création : 20-04-2003