<- CNRS 3, p. 865

CNRS 3, p. 866

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 867 Index des Cahiers

$

))) D'abord comment transformer le système vivant réel en systèmes cycliques?

) Pour rendre ce système représentable et explicable il est absolument nécessaire de le douer de retours à de mêmes états. Si ce système se transformait entièrement indéfiniment il n'aurait pas d'existence séparable. Il faut que certaines choses se conservent ou se reproduisent. C'est pourquoi on a inventé les facultés et puis les fonctions c'est-à-dire des systèmes partiels et périodiques en lesquels le système donné est toujours divisible.

Il faut choisir un état identique qui se retrouve. Mais peut-on trouver un tel état de conscience?

C'est ici que la notion de présent peut servir. Cette notion revient à donner à chaque instant une certaine relation identique - (de forme identique).

Il s'agit ici du présent actuel.

L'actuel est de la forme d'un réflexe tandis que l'inactuel prend une forme périodique.

*

L'attention consiste (aussi) à maintenir un équilibre dont les conditions naturelles s'altèrent ou s'altéreraient sans un secours puisé où? Tantôt on appelle sa pensée à l'aide des indications extérieures pour l'automatisme. Tantôt on évoque les ressources musculaires à l'aide de la pensée.

*

Lorsque je (psychologue) dis: je passe de tel état à tel autre - il s'agit de ce présent. Il faut donc construire (ou re-construire) cette notion essentielle.

)) Toutes les transformations de pensée qui demandent déplacement et transformation d'énergie sont relatives à ce présent qui doit être considéré légitimement comme un point d'équilibre.

La condition générale des transformations de pensée de cette nature est le retour à un point initial du système total.

Problèmes, attente, surprise.


Date de création : 20-04-2003