<- CNRS 3, p. 864

CNRS 3, p. 865

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 866 Index des Cahiers

$

La conscience est une fonction de relation entre les changements et les permanences - entre changements actuels et changements passés, entre fonctions séparées.

*

Le présent est le sentiment d'un équilibre - (d'accommodation). Si cet équilibre est stable - c'est le présent absolu, ou vrai [[ . Var. sup.: actuel ]] , la sensation. Si instable c'est le présent par force ou le présent par oubli.

Le réveil généralisé est le retour au présent absolu.

 

Si A n'est séparé de B que par un changement d'accommodation - et si B est sensation, A est présent (non absent).

Si par aucun changement d'accommodation cet A ne peut être amené à cacher entièrement B, cet A présent est non actuel - (non du domaine des actes) et si cet A non actuel, peut d'autre part être rattaché à moi personnalité, s'y lier d'une façon réciproque, alors A est passé.

*

Dans ces questions Y  - il faut prendre

liberté = réversibilité = équilibre -

Alors le temps, sentiment de non-liberté est essentiellement irréversible et sa variation toujours positive. Il est de la nature d'une transformation non compensée - d'une variation d'entropie.

Le travail extérieur - double excitabilité d'un organe.

La volonté est le sentiment que le système n'est plus isolé [[ . Var. sup.: propreté - valeur de transformation d'une représentation - ]], n'est plus réversible, mais s'étend et se divise.

Tout ceci doit être minutieusement revu, par une table d'analogies -- Le temps, entre 2 états d'équilibre.

*

Le temps comme négation de certains phénomènes ou de certaines fonctions.

*

Attention et volonté supposent que l'étendue et le mode de variation d'un système sont variables - qu'une concentration et une dissipation sont possibles - que le système puisse réagir sur lui-même.


Date de création : 20-04-2003