<- CNRS 3, p. 854

CNRS 3, p. 855

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 856 Index des Cahiers

$

Le présent est le sentiment de la dépendance entre mes fonctions d'action et d'adaptation - et mes représentations.

Ce sont ces fonctions qui limitent le nombre d'objets présents distincts. La dépendance peut être nulle, ou constante.

Elle peut être continue. Elle peut être réciproque ou non réciproque. Valeur de transformation des représentations.

L'être retombe toujours à l'accord de ces fonctions avec l'excitation extérieure.

Changements de variable indépendante - d'attente.

Le présent état normal      (quant aux sensations).

*

Il existe en nous des identités qui s'ignorent, des relations qui sont deux fois établies, (les mêmes séparément), des unités chaque fois laborieuses, - des complications et des recommencements, qui ne dépendent que de l'inertie et des apparences. Le rôle de la logique est de briser ces résistances passives, ces cloisonnements, ces coexistences surabondantes.

 

Les étoiles sont présentes et absentes.

 

Le présent est ce à quoi revient toujours l'attention (ou la netteté - ou le pouvoir de faire de l'attention).

Une chose est présente lorsqu'elle est dans le domaine de l'acte - en continuité avec l'activité - située dans le rayon où je puis agir.

- Comparaison avec la sensation en tant que la sensation détermine ou lie mon attitude générale.

Cette comparaison consiste à observer une continuité entre une sensation vraie et un phénomène convenable.

Cf. compréhension.

Une chose est présente par rapport à une sensation déterminée lorsque cette chose n'est séparée de la sensation que par un simple intervalle de regards = 0.

Echange réversible des 2 termes.

*

                    Cf.

présence de mon corps imminence perpétuelle de son rappel.

Mais si on prend pour sensation base, des sensations internes ou centrifuges, le "passé" se précise et se présente (devient présent) autant et aussi longtemps que peuvent exister ces sensations internes.

 

Cf. fonction d'adaptation.

 

Mon corps finit toujours finalement toute comédie. Toute comédie finit par le retour de mon corps sur le théâtre.


Date de création : 20-04-2003