<- CNRS 3, p. 268

CNRS 3, p. 269

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 270 Index des Cahiers

$

Se rendre semblable à - imaginer1 - -

*

Comment nous sont révélées par l'étude intérieure les variables de nous?

Peu à peu on observe que le formel contient le significatif - que telle colère ne peut durer - que l'oeil se détache par la fatigue du spectacle, - que le mental est transformé à part du physique, que le sens gai a un son triste - que je puis mettre cette idée comme à l'envers - que l'unité de l'être est virtuelle - que le moi est une fonction quelconque prise comme invariant - qui nécessite la diversité et lui est réciproque. -

 

*

L'important et le beau de la géométrie c'est (par sa pureté) qu'elle est un instrument de pensée - un mode de traitement - une manière de voir et de prolonger et non un objet étranger - Tout ce qui permet de bien discerner et de fixer des opérations de l'esprit est de nature géométrique2 - Et toutes les définitions géométriques vraies sont des constructions ou opérations - Nous ne pouvons rien de plus -

Le résultat important de cette création d'instruments ou éléments purs c'est l'indépendance des règles de développement d'avec le thème - d'où étendues immenses - conséquences hors de la vue - souplesse, liberté -

 

*

La seule chose pour laquelle soit requise l'activité mentale - un minimum - c'est la recherche de la proie. La proie saisie  - cette activité ne joue plus aucun rôle - indispensable -

Singularité! - Cette même recherche est la seule chose qui détourne de leurs réflexions les hommes les plus intellectuels.

 

*

La cause finale c'est de considérer un résultat comme un but - comme accomplissement d'un désir et d'une prévision.


Date de création : 20-04-2003