<- CNRS 3, p. 848

CNRS 3, p. 849

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 850 Index des Cahiers

$

L'imagination et le souvenir des images sont restreints par des lois quantitatives simples.

Considérons le fameux myriagone. Fermant les yeux, il en reste une image très infidèle ou partielle.

Revenons à lui au soleil - Alors: ce que nous en voyons est en réalité, une pluralité - chaque unité de vision étant aussi grossière que l'image possible -- et le détail sur-humain, non conservable, est dû à ceci: que nous prolongeons chaque unité dans une autre, dans l'intérieur d'un simultané lequel est fourni, alimenté par le travail externe des sensations.

Et caetera.

La mémoire est

 

Ce que l'on voit intérieurement ou ce que l'on revoit est en réalité une décomposition - et ce qu'il y a de composition est fourni, payé par moi. Ce qui subsiste sans composition est informe, analogue à des taches.

*

Significatif et Réciprocité.

Une demande D1 provoque R1 - il y a uniformité.

Mais D1 R1 sont psychologiquement non correspondants c'est-à-dire qu'à R1 ne correspondrait pas uniformément D1.

Alors on forme R2 etc.


Date de création : 20-04-2003