<- CNRS 3, p. 846

CNRS 3, p. 847

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 848 Index des Cahiers

$

Les zones de l'attention c'est-à-dire noms des régions où se porte le p[unctum] videns. D'abord 2 grandes zones - actuelles. "Extérieur" et "intérieur".

Dans l'intérieur, "passé" "(présent)" "Avenir".

L'extérieur est toujours présent.

Dans l'intérieur aussi, il y a la zone des opérations et celle des résidus.

N.B. Lorsque je regarde un corps qui se déplace, je tend à le nommer futur tandis qu'il s'approche de moi; présent lorsqu'il est à la distance minima de moi - passé lorsqu'il s'en éloigne.

*

Equation du temps.

Voici cette véritable équation: Nous passons de A en B, de B en C. En C nous disons que A C ne dépend plus du chemin suivi. On peut égaler 2 chemins quelconques (A B C) = (A M C) et parmi ces chemins il en est toujours un, A X C dans lequel X est une sorte de sensation singulière de déplacement interne, laquelle suffit à relier A et C, et qui est toujours identique, ne différant que par l'intensité de toute autre X.

*

.. On part d'une représentation, on passe à l'image, imprimant à l'image des variations séparées, des différences partielles jusqu'à découvrir les variables indépendantes. Puis on cherche le mode de liaison de ces variables qui redonne l'existence de l'image, et on désigne l'objet initial par les variables et fonctions ainsi trouvées. Mais suivant le but diffèrent les conditions de l'expression. Suivant qu'il faut redonner cette image seulement à l'imagination - et dans un seul état - ou bien donner sa situation réelle, son explication.

Ainsi on a A perception nette limitée.

           B réactions, et en particulier expressions, langages, mot. On peut s'y tenir. Mais on peut aussi (si l'on peut) former B' dans lequel la dépendance A B est généralisée, rendue libre et les réactions soumises à des conditions étrangères,

puis C retour.


Date de création : 20-04-2003