<- CNRS 3, p. 844

CNRS 3, p. 845

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 846 Index des Cahiers

$

Par définition, une sensation est l'origine, (une origine) de temps, ou inversement elle est la limite, l'extrémité à laquelle on parvient en annulant le temps.

L'autre limite est le moi.

Le temps existe entre la sensation et le moi.

                                   [Croquis.]

Temps long - 2 cas - ou trop d'énergie -

                         ou trop de résistance                                    indépendante pour mon énergie.

*

Certitude est uniformité d'une netteté.

*

 

L'ordre.

Résulte de ceci: qu'un simultané et un successif peuvent se décomposer en les mêmes éléments.

Pensées, images, mouvements intérieurs n'ont de fonction et de valeur que comme éléments de certaines transformations ou cycles.

Une pensée ne meut pas un homme.  Si elle le meut c'est quand elle fait partie d'un cycle de transformations.

Ce qu'on exprime en disant: la pensée A peut déterminer le mouvement B - mais elle peut exister indépendamment de B - et il faut des circonstances extérieures à A pour que A-B soit déterminé.

*

Degré d'automatisme d'un souvenir donné.

Tel souvenir est plus ou moins automatique.

Il l'est d'autant moins que ce retour entraîne un retour plus complet de tout mon être.

Ainsi, A me fait penser à son nom. Ce nom tiré du passé me vient et se mêle à l'objet actuel - une seule correspondance partielle a agi.

Mais si A fait penser aux circonstances où je l'ai connu déjà - je les revis, et mon système entrer y repasse momentanément.

Il se produit alors une coupure entre deux mondes, deux formes entières coexistantes, tandis que dans le 1er cas l'élément passé sert d'organe ou d'élément du présent.


Date de création : 20-04-2003