<- CNRS 3, p. 843

CNRS 3, p. 844

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 845 Index des Cahiers

$

Logique. Notations. Transition.

  Invariance des concepts.

  Pluralité des notations - ou emboîtement.

A = Socrate = homme

            etc.

*

Il n'y a pas d'idée fixe,  c'est-à-dire d'image interne fixe.

Il peut y avoir des sensations prolongées - identiquement ou monotonement ou périodiquement. Si une sensation prolongée n'est pas éliminée, le sommeil ou hypnose s'ensuit.

*

Parallèle - De même que T accroît S, l'excitation générale accroît le nombre des pensées que l'on peut conduire presque simultanément.

< N choses sont simultanées quand elles contiennent les mêmes* variables - et qu'on passe de l'une à l'autre sans sortir d'une même accommodation. >

*

Mémoire comme discordance et contradiction.

Strabisme divergent - négation du présent et son achèvement.

Ressemblance avec cet appareil qui accompagne chaque sens: place du souvenir, vide - mais on sent le manque.

C'est encore un fait de continuité - cette continuité étant due non à l'objet mais à la fonction.

*

Il me faut une notion joignant simultanéité et continuité. Cette conception est de la nature d'une accommodation survivante.

Car - A est impression - A déchaîne B.

Or (A B) ou (A' B) ont des relations.

*

Petit cercle.

La connaissance des zéros.

 

Que la pensée et la parole correspondante soit susceptible de vitesses différentes, ce petit fait est énorme.

Et souvent la pensée vite diffère de la lente, en nature etc.

Un sens ne peut prendre que des valeurs positives ou négatives (en appelant négatives les sensations subjectives). Mais non des valeurs nulles. Les zéros, silence, ombre, vide sont dus à la fonction qui accompagne.

Cette fonction est peut-être la même qui permet de classer de façon continue les possibles d'un sens, tandis que ce sens les donne sans ordre - ainsi couleurs.


Date de création : 20-04-2003