<- CNRS 3, p. 267

CNRS 3, p. 268

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 269 Index des Cahiers

$

L'état  meurt par la "politique" comme la religion par la théologie -

Les théologiens et les politiciens.

 

*

Le lieu de la liberté - Supposée cette liberté, où se tient-elle?

Non entre les états totaux d'un système du monde - ou d'un système humain même; Mais entre les termes de suites particulières composant ces systèmes.

Ainsi, soit A une suite complète de mes actes. Cette suite est faite de termes a1 a2 .. ax  . Entre 2 termes se place une suite de représentations b1 b2.. by - On pourrait dire pas de liberté si je passe de a1 a2 ap à (b1 .. by  ay .. ax) et liberté si je considère comme fermées chacune de ces séries. Alors aq n'est pas défini par ap mais par by.

De sorte que cette liberté relative ne serait autre chose que la dépendance possible de 2 choses d'ordre différent et l'indépendance possible de 2 choses du même ordre - La suite A n'est plus déterminée par elle-même.

La liberté est donc dans la diversité des états ou termes généraux qui se suivent.

obéissance à toute impulsion -

obéissance - modifiée.

résistance.

Se forcer à....

 

*

On n'est jamais libre de "réfléchir" telle chose ou ne pas la "réfléchir" mais un premier grade de liberté se montre dans les conditions suivantes: si l'impression est modérée   (<  ) - si

*

La discipline est tout auprès de la Science -

*

Il ne faut s'attacher à la figure du corps humain - La rigueur est ailleurs -


Date de création : 20-04-2003