<- CNRS 3, p. 839

CNRS 3, p. 840

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 841 Index des Cahiers

$

 

Hypothèse -

Dans le sommeil, si des excitations cérébrales sont produites le cerveau tend à y répondre de façon à maintenir le sommeil - ?

L'homme répond à la sensation par un calcul et par un roman.

 

Lorsqu'une réponse --> (c'est-à-dire empruntant une voie qui peut être volontaire aussi) <-- analogue à un réflexe est produite par moi - j'adresse cette réponse à une demande qui n'est pas la vraie, mais à une sorte d'auteur de la vraie qui se crée pour la circonstance.

[Croquis.]

 

L'homme ne peut concevoir l'irresponsabilité qu'à froid. Ainsi il va jusqu'à la colère contre l'inanimé qui le heurte et il l'anime pour penser à le détruire - et ceci par une irrésistible impulsion qui tend à vouloir à tout prix effacer l'irrévocable, prévenir ce qui a déjà agi, renverser le temps.

-------

Les états chauds sont des états de soudure - de continuité. Le significatif est la trace, la trempe des anciens états chauds; simultanéité croissante dans les états chauds.

 

La mémoire est d'un côté une survivance d'une continuité.

-------

On tend lorsqu'une chose se produit à se mettre dans l'état tel que la chose serait une dérivée ou une conséquence de cet état, ou une partie.

Animer une chose c'est imiter soi-même en même temps qu'on imagine la chose.

Si je tue quelqu'un c'est que je me mets à sa place.

Je réponds non à l'attaque mais à ce que j'aurais dû être ou faire pour faire l'attaque. Du même au même. On répond non à la chose mais [[ . Aj. marg. d.: on répond d'abord à la chose ]] à l'idée de la production de la chose. Or cette idée

*

Veille et rêve sont deux modes différents de l'exploitation d'un monde ou capital préexistant.


Date de création : 20-04-2003