<- CNRS 3, p. 838

CNRS 3, p. 839

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 840 Index des Cahiers

$

Il s'agit de trouver les conceptions qui entrent dans toutes les phases - permettent la continuité.

trouver par nécessité

*

Dans le rêve tout ce qui provient, intéresse tout le système existant qui en est entièrement déformé. Pas de résistance.

Equivalence des excitants.

*

Dans la perception complète il y a un procédé de vérification qui consiste à remonter de la réponse vers la demande - et finalement à pouvoir faire un va-et- vient uniforme entre ces 2 termes.

[Croquis.] On a A C B2, B M A puis A C B2 de nouveau. Mais A C B2 est attendu, tandis que A C B1 est donné.

A C B1 devient quant à A C B2 une véritable condition à satisfaire.

Il doit falloir très peu de chose pour annuler le rêve et entièrement fermer, obscurcir, achever le sommeil.

L'activité du rêve dépend des excitations qui subsistent après le sommeil commencé - qui traversent la surface critique narcotique. La pensée vraie cesse - Les images s'éteignent mais celles-ci recommencent par voie centripète - comme des spectateurs quand le rideau tombe, reviennent à eux-mêmes, la pression extérieure uniforme cessant.

La veille possède une perspective qui manque au rêve - état dans lequel des éléments de transition viennent au 1er plan, au hasard, y demeurent, y reviennent.

C'est-à-dire que les éléments de la veille quels qu'ils soient comme signification sont contenus par groupes dans des domaines séparés - le passage d'un élément d'un domaine à l'autre étant soumis à des conditions générales.

L'unité du rêve est instantanée dérivant seulement de la coexistence, tandis que dans la veille la coexistence tend à dériver de l'unité.

Dans un rêve 2 excitations simultanées ou suffisamment voisines ne peuvent demeurer isolées c'est-à-dire se combinent toujours dans la réponse -

 

Dans un rêve, il est question d'une lettre. Cette lettre m'apparaît de suite. Elle emplit tout le champ, énorme, je vois le papier, l'écrit - intenses. Mais je ne lis pas la lettre - à peine est-elle apparue, je sais ce qu'elle contient.

 

C'est une réponse toujours générale (aussi générale que le rêve l'admet) à chaque excitation particulière.

La veille conserve la particularité - par un procédé de retour vers l'origine de l'excitation.


Date de création : 20-04-2003