<- CNRS 3, p. 834

CNRS 3, p. 835

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 836 Index des Cahiers

$

[Croquis.]

Sur ce cadran erre l'aiguille magnétique mentale. 

 

La sensation sera l'appel du zéro à x. La perception sera [x - 0] mais [Croquis.] ce retour peut être tel que 0 soit dépassé - x0 est parcouru par saccades tandis que 0x l'est d'un trait. Chaque arrêt est un événement de conscience. L'aiguille peut décrire n cadrans avant de revenir au zéro. Elle s'arrête en certains points pour chaque période (0,0). Ces points sont tous les points jouissant d'une même propriété, et cette propriété est déterminée soit par x - soit par une excitation antérieure qui persiste.

*

Le souvenir - c'est sortir de l'accommodation particulière appelée présent et parfois former une sorte de connaissance ou de domaine dans la conscience indépendant du temps [[ . Var. sup.: époque ]] (d'action) et dépendant du temps direct.

*

L'automatisme a lieu le plus souvent malgré une certaine conscience. L'excitation donne bien quelque chose à la conscience - mais ce quelque chose est trop rapide, elle passe sur l'état existant sans s'y relier et sans le changer.

Or cette vitesse peut être due soit à la vitesse propre de l'impression - soit à la vitesse interne de propagation.

*

La durée est sentie comme une sensation sans référence à rien. La durée est la sensation singulière qui marque identiquement l'absence de réponse à une excitation produite.

L'ensemble de ces sensations singulières est rendu dense par une généralisation de notation, et baptisé: temps.

*

Quel beau mythe celui de la Flûte enchantée!

La musique substitue à l'objet du vouloir et au motif du sentir, directement, des excitations qui produisent les mêmes effets et ne sont pas des objets, ni des figures.

Mais les effets produits, nous leur cherchons l'objet et la figure qui manquent et il y a indétermination.

Définition. Cela sera dit interne qui peut mouvoir tel muscle, ou plutôt tel système, de façon [continue] et non analytique.


Date de création : 20-04-2003