<- CNRS 3, p. 825

CNRS 3, p. 826

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 827 Index des Cahiers

CNRS III 826-884

Température, pression etc. comme conditions dans les phénomènes chimiques peuvent être pris pour modèles, des actions physiques sur les faits psychiques.

Ainsi pour expliquer les effets de la musique on peut songer à un schéma ou une courbe représentant la variation d'un système non spécifié dont on ne représente que T. P. etc.

Temps = excitation de l'excitabilité - cf. veille.

Ainsi une mélodie s'exprime f(h, t) = 0 Une mélodie est une loi partielle.

Mais h les hauteurs

 

Il y a une durée T telle que 2 sons séparés, ou plus, par T s'enchaînent et au delà de T demeurent étrangers -

C'est dans ce sens que les éléments T peuvent être considérés comme faisant partie d'un même ensemble et la mélodie comme  ø(t) et enfin que ces éléments pourront être (illusoirement, d'ailleurs) regardés comme s'excitant les uns les autres, à la suite.

En réalité cet enchaînement est dû à T que l'on peut appeler intervalle de continuité.

La musique peut représenter ce qui semble le plus intime - car ce qui semble le plus intime est toujours comme inexprimable étant "incomplet", sans figure, sensations purement centrales. Ce que nous appelons intime c'est ce qui ne peut être traduit que par des actes réflexes (larmes etc.) - et ce qui se donne comme sensations internes sans références, sans ressemblances, sinon quelques similitudes toutes physiques et simples.

 

Dans cet intervalle on perçoit non seulement les chocs ou sons mais encore leur substitution et on trace un chemin entre eux, on explique leur différence par le fonctionnement de fonctions ou appareils simples, les mêmes - et non pas l'omni-possibilité de la connaissance.

Le système gesticulateur et locomoteur - Le système du souffle et du coeur en tant que soumis (d'une part, quelquefois) à la représentation sont les esclaves de la musique. Et la représentation est alors suscitée par eux mus par la musique.

Cette continuité n'est autre chose que la permanence et la croissance de l'excitation dans 1 système identique.

 


Date de création : 20-04-2003