<- CNRS 3, p. 824

CNRS 3, p. 825

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 826 Index des Cahiers

$

Ce fait étrange que la netteté a une limite dans chaque cas et que contour, parole, couleur aboutissent à une uniformité sans degrés ultérieurs montrent bien cette netteté comme résultant d'une intervention extérieure à la variation où elle est cherchée.

Dans les idées et leurs expressions, la netteté ne doit pas se confondre avec le savoir ou richesse de moyens - ni même avec la science ou coordination générale des moyens.

Une fois conquise sur un point, la netteté se perpétue - s'exprime par un symbole un.

*

Temps et degré de liberté. Nombre de variables distinctes.

Conscience et fonctionnements incompatibles.

*

Automatisme latéral

Dès que la latéralité se fait - dès que je me tourne vers le point A, les machines abandonnées vont et travaillent dans le bête - dans le périodique.

Et il arrive ceci d'étrange - parfois - que B est fortement subi, ressenti tandis que A quoique visé est confus, B est fort et trouble, A est impuissant quoique visé.

*

)) La lutte entre les idées diffère suivant la phase où se trouve l'être - ((

) 1° lorsque la phase est mentale totalement - lorsque le degré de liberté est grand - alors comparaison et raisonnement, analyses sont les méthodes de lutte. ( Les idées en présence sont confrontées de façon générale, pure et la lutte consiste à transformer les idées elles-mêmes. La pression est nulle ou faible - on peut explorer tout l'antérieur.

2° Lorsqu'il y a phase "chaude" et connexions psycho-physiques très riches alors la lutte change de forme - c'est une lutte d'instincts. Les idées se réduisent à des images rigides, très actives, signaux et la lutte vraie a lieu entre les réactions physiques dues à ces signaux.


Date de création : 20-04-2003