<- CNRS 3, p. 811

CNRS 3, p. 812

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 813 Index des Cahiers

$

Les habitudes, le "caractère" etc. constituent pour un système vivant un ensemble de "fonctions arbitraires" qui réduisent le degré de liberté du système - et s'ajoutent à sa définition.

Le caractère est l'ensemble des habitudes de la sensibilité - et ces habitudes-là ne sont pas tant une relation entre des demandes et des réponses qu'une sorte d'atrophie intrinsèque de certaines réponses et d'hypertrophie pour d'autres.  Par quoi le caractère se distingue de la mémoire - étant la mémoire des formes générales de la sensibilité et d'énergie.

*

Les hommes de pensée sont souvent de caractère "doux" - pratiquement "doux"; peut-être par l'habitude de chercher à toute chose une solution dans l'intellect, dans le repos d'abord de l'intellect et ils tendent avant tout à reformer l'oasis intérieure où ils trouveront leur décision et aussi leur dureté.

*

Nous avons d'intelligence [[    Rat : dans le cerveau ]] un peu plus que ce qu'il faudrait pour assurer notre vie. Cet excès nous fait hommes et trouble toute vie, puisque par lui contraints d'agrandir et d'approfondir ce monde, nous ajoutons à la connaissance juste, le désir de la connaissance et nous faisons demandes et réponses sans nous duper entièrement comme celui qui veut jouer aux cartes avec soi-même.

                     *

Accommodation généralisée - Point de vue.

Cf. si on regarde un champ régulièrement divisé on manque de points en réseau, on peut "par la pensée" lire telle ou telle autre figure sur ce champ, c'est-à-dire omettre telles marques et garder telles autres, et aussi changer de figure.

*

Un homme vraiment "religieux" est seulement celui qui aurait inventé une religion à défaut de religion donnée et sans y être contraint par des circonstances ou orages extérieurs.


Date de création : 20-04-2003