<- CNRS 3, p. 807

CNRS 3, p. 808

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 809 Index des Cahiers

$

           --> Dans quel "état" est l'objet sous

       mes yeux auquel je ne fais pas attention <--

 

Des choses en puissance.

Il y a divers modes de en-puissance psychologiques.

Ainsi, quant à la mémoire - foule d'exemples. La chose dépend directement d'une excitation appropriée.

Aussi lorsque les conditions de perception sont réalisées mais non la perception même. La chose dépend seulement d'une attention ou d'une accommodation. A ceci il faut ajouter les potentiels d'action. La chose dépend d'une excitation appropriée mais cette dépendance elle-même requiert une accommodation préalable - une préparation.

*

Sans le timbre la musique serait trop nette.

Musique, danse sans corps et voix sans mots - vraie abstraction - excitation directe et externe de toutes les fonctions qui généralement sont excitées de l'intérieur - par refus ou surabondance d'énergie, (jambes, larmes, souffle, larynx, langue) et on y répond par les idées qui d'ordinaire excitent elles-mêmes ces fonctions.

L'homme fait entrer dans le monde sensible des êtres nouveaux dont la structure est empruntée de la sienne cachée et dont la matière préexistait sensible.

Mais dans sa connaissance générale, outre ces êtres qu'on peut définir par les procédés qu'on emploierait pour les reproduire dans le réel (mélodie, ce qui peut se chanter - Image ce qui peut se dessiner, colorier etc.) il y en a d'autres moins voisins de leur figuration et qui ne sortent jamais eux-mêmes du secret.  Ce sont les sensations et transformations qui n'ont pas d'organe propre - mais qui empruntent.

*

1. Psychologie formelle ou substitutive ou plane - Equivalence conscience -

2.    d°       des domaines

3.

*

L'alcool, la fumée de la tabagie, le feu, les lampes

Contre l'humide extérieur et le noir matin

Sont appelés par l'homme - et l'éveillent malgré                                                    brouillard et eaux

Comme ferait un soleil pur, une vue claire et longue.

Et là où le Patriarche épouvanté et grelottant

Allumait un Dieu et un sacrifice, las de souffler

Sur les rameaux mouillés, sur un feu impossible

Hermann, héritier de toute chose,

Consume sans y penser, les réserves de la terre

Et ne frissonne plus par le vent et l'obscurité                                                         pluvieuse

Que savamment.


Date de création : 20-04-2003