<- CNRS 3, p. 806

CNRS 3, p. 807

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 808 Index des Cahiers

$

-->Le rêve peut imiter jusqu'à un certain point, les           actes de la veille.<--

Si je raisonne en rêve, ce rêve d'un raisonnement n'est pas un raisonnement. C'est son ombre - ce sont les attitudes du raisonneur mais la double relation manque, car elle demande à la fois le schème du raisonnement et l'ajustement des concepts - Tout y est, excepté cette indépendance d'avec le raisonnement qui en fait un instrument, et qui le mène au but réservé - qui assure l'identité de son objet et la rectitude de sa route.

En somme, le raisonnement étant défini dans et par la veille, tout ce qui dans la veille était apparent, était agi, cela est de nouveau agissable dans le sommeil. Mais la vertu du raisonnement n'est pas dans les actes mentaux que l'on fait en le faisant - elle est dans l'être particulier --> instantané, permanent <-- ou système de fonctions qui s'y emploient et en sont capables. Or ce système ne passe pas dans le sommeil et ne peut y exister.

Ce qui se conserve dans le rêve est uniquement ce qui se peut conserver aussi par la pure mémoire.

Pourquoi le rêve est-il mal redit par la mémoire? Si au réveil je me souvenais de mon rêve ce serait rêver encore.

Géométrie et cinématique du rêve - dynamique - -

*

Ce qu'on imagine lorsqu'on imagine poème, très beau raisonnement et en général un objet à la fois précis et non réel [[ . AJ. sup.: non achevé ]] (car on ne pourrait directement l'écrire et il y manque - une partie essentielle à l'être - à l'extériorisation - quelque chose d'autre que la volonté, l'inverse de l'abstraction - Musique

*

- O psychologue, l'important est de te souvenir que l'on peut passer d'un état bien déterminé à un autre par des états incomplets - partiels et cependant liés. Etats inhumains - inexécutables - non obéis par le tout et sans lesquels pourtant tout deviendrait habitude. Un "auteur" est celui qui peut mettre en langage humain par des artifices certes, ces transformations.

*

La musique détermine - 1° une excitation générale qui peut convenir à tout sujet de pensées - 2° plus écoutée - des états représentatifs d'énergie et des changements d'énergie [[ . Aj. sup: régimes ]] 3° des changements de systèmes fonctionnels.


Date de création : 20-04-2003