<- CNRS 3, p. 805

CNRS 3, p. 806

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 807 Index des Cahiers

$

Lorsqu'on présente un phénomène comme preuve de l'existence d'un certain être par exemple l'âme - il faut regarder si ce phénomène n'est pas de ceux d'où l'on a retiré l'idée même de l'être supposé..

*

Superposition

Les impressions diverses, voisines ou simultanées que je reçois suivent leur chemin le plus simple sans se composer, et vont jusqu'à la mémoire - effleurant ou non la conscience. Interférences et interventions et résultantes ont lieu dans la conscience et ces effets s'ajoutent (à la suite) alors dans la mémoire aux traces indépendantes déjà produites.

*

Le rêve est en deçà de la volonté et tu n'obtiens rien par volonté. Dans le rêve toutes les facilités et les empêchements sont changés de place. Les portes sont murées et les murs sont de gaze.

Les images ne coïncident plus avec les sensations signes. Les noms connus sur des personnes inconnues.

Qu'est-ce qui se conserve?

Et aussi: comment le rêve sait-il continuer la journée?

Lorsqu'il la répète à sa façon et la développe - c'est que le sommeil est peu excité, peu sollicité par des événements actuels.

 Changement dans la proportion d'intensité des diverses classes de sensations. Les sensations internes ne sont presque jamais si fortes dans la veille qu'elles dominent la conscience de l'extérieur.

La veille est solidifiée secrètement par une foule de constantes sourdes, c'est-à-dire ce qui n'est pas vu directement, existe. Axiome singulier - et non étant dans le rêve.

Tout est en acte dans le rêve.

Absence d'accommodation externe.

En d'autres mots, ce qui est perçu est composé avec des choses non perçues ou à peine, mais perceptibles, qui sont comme en puissance et ne dépendent, quant à leur perception, que de la diminution des choses les plus intenses, lesquelles sont en retour gênées et limitées par ces choses en puissance.

 

Wagner a dépeint l'endormement par une musique qui devient régulière, répétée et dont le son s'approche peu à peu en descendant, d'un son non proférable et qui va de l'articulé à l'inarticulé.

L'exprimé vaut par l'inexprimé.


Date de création : 20-04-2003