<- CNRS 3, p. 802

CNRS 3, p. 803

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 804 Index des Cahiers

$

Mon image étant l'une des données de ta parole, souviens-toi que je flaire le comédien d'une lieue - et que tout mot dont je te sais incapable dans ton coeur seul, je ne le souffrirai pas dans ta bouche, dans mon oreille.

*

Classique et netteté.

*

L'image est d'autant plus vive qu'elle accommode plus tous les appareils et les accapare.

L'image faible ne commande les moteurs que si elle est un signe habituel. L'habitude est un raccourci - un chemin plus direct. Ce raccourci se fait de lui-même et m'envahit, il me remplace. Car moi je ne suis pas un raccourci - je n'existe que par ... surabondance -

*

Dans les lois type mémoire habitude, il n'en coûte pas plus d'accepter une sorte de périodicité (d'origine inconnue) telle que fx = f(x+a) en remarquant que pour les unes a est déterminée et constante mais pour les autres est une grandeur indéterminée.

*

Ainsi pour l'habitude - deux conditions. Minimum et périodicité, tantôt régulière, tantôt uniforme. Elle est une dépendance qui se retrouve dès que

 

Toute son étrangeté vient de ce que nous ne pouvons la reconstituer que par conscience et travail - avec un but etc. tandis qu'elle existe comme liaison pure sans but ni travail dans le lieu même des motifs et des constructions voulues, et parfois de la sorte la plus offensive comme dans l'obsession, ou les manies.

*

Dans certaines habitudes l'excitation qui les met en mouvement SEMBLE provenir du seul écoulement d'une certaine quantité de temps - chose incompréhensible.

[Croquis.]

 

L'habitude elle-même s'adapte - et en quelque sorte se prévoit elle-même. Si elle a consisté dans un changement brusque, les premières fois, elle se fera une entrée en jeu plus douce les fois suivantes - et un raccordement qui est une véritable oeuvre originale, n'étant pas donné dans la constitution du phénomène.


Date de création : 20-04-2003