<- CNRS 3, p. 801

CNRS 3, p. 802

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 803 Index des Cahiers

$

La formule du rêve doit montrer a) Liberté quant aux                             figures - plus que dans la veille.

                              b) Contrainte,

                restriction quant aux généralisations

                ou méta-coordinations.

Ces deux choses sont liées mais non simplement.

Si dans la veille une sensation  me vient, cette sensation est compatible ou non avec l'état existant - et les figures qu'elle amène sont réduites à celles compatibles avec les autres figures et sensations.

La réduction ou transformation porte sur la chose. L'impression se heurte à sa généralisation laquelle est occupée à d'autres choses, d'où l'idée de moi.

Tandis que dans le rêve, la transformation ou réduction porte sur l'état existant et il y a passage immédiat d'une figure à l'autre, déformation de l'état, ce qui explique d'ailleurs le recommencement indéfini - permis aux figures mais interdit aux états généralisés (que domine la forme asymétrique et momentanément épuisée des réflexes et des coordinations, donc possible en rêve, et non dans la veille.)

Si, dans la veille, j'imagine un recommencement indéfini, ma tentative est laborieuse, bientôt vaine et je sens qu'elle est fausse, antipathique à mon organisation - car malgré moi au lieu d'une constance je sens une croissance et une limite et je la pousse justement jusqu'au point ou je perçois l'indépendance entre cette répétition exacte, et ma volonté non périodique et non indéfinie...

Si la sensation  n'est pas compatible, je lui fais (dans la veille) un domaine à part.

Compatible signifie continuité de perception.

*

Dans le rêve pas de mémoire immédiate - pas de pseudo- simultanéité.

*

L'homme porte les marques des volontés refrénées, des vérités inachevées, des constructions interrompues, des atteintes et des surprises non compensées ni arrêtées à temps, et les traces des commencements sans suite, des violences inutiles, des voluptés trop achevées qui demeurent uniques. Egalement les cicatrices des événements puissants et seuls, et celles des événements plus insensibles répétés.


Date de création : 20-04-2003