<- CNRS 3, p. 795-796

CNRS 3, p. 796-797

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 797 Index des Cahiers

$

                -->  Cf. moyens mnémotechniques <­--

La reviviscence n'est pas mémoire, mais une conséquence, ou une fonction de la mémoire - laquelle mémoire est sans figures, aussi différente des images qu'elle renouvelle - que le tracé sur un phonogramme diffère des sons et des musiques - et même plus différent.

La mémoire enregistre non les choses mais leur connexion...- leurs conditions - ce qu'il faut pour qu'elles soient - répondues.

De même qu'elle est excitable de plusieurs façons - elle inscrit de diverses sortes: le traceur peut différer - tantôt la conscience, tantôt dans la distraction. Dans un cas très complet on a: Phénomène, répétition interne centrifuge, tracement et trace    reviviscence - existence perçue.

Le domaine des traces connectives nous échappe < mais > il peut être excité par voie secrète.

))) Toutes les expressions de tous les appareils doivent donc se composer d'une certaine façon caractéristique et donner une résultante unique, la trace mémoriale. (((

*

Ce qu'on appelle un instant est une dépendance d'indépendantes comme l'est un point. C'est une détermination de quoi que ce soit par un acte - un temps du même ordre de grandeur que la durée d'un réflexe perceptible, et cette durée est plus brève que toute accommodation possible (comme un oiseau volant vite ne donne pas à l'oeil le temps de s'adapter - et comme un changement à vue ne donne pas à la perception ni à la réflexion son temps de travail spécial).

On pourrait presque classer par des considérations de durée les faits spirituels. Temps de sentir, temps de percevoir, temps de se souvenir, temps de vouloir).

Ainsi (par exemple) toute réponse à une excitation  d'après un temps Õ ne peut être qu'une volition. Toute réponse après un temps > Õ et < _ est un souvenir etc.

Alors l'instant serait une sensation sans perception.

Tout ceci suppose que la Réponse se rapporte uniformément à une demande et on pourrait dire: toute pensée est de la figure d'un réflexe ou est un ensemble de réflexes dont la réponse est d'une nature quelconque - mais est déterminée quant à la forme c'est-à-dire l'appareil complexe où elle est produite.

*

La seule chose qui subsiste dans la conscience - ce qui demeure malgré les temps, est de la nature d'une pure forme - et juste le contraire d'une personnalité. Le moi le plus éternel est le plus impersonnel. Le portrait que j'ai de moi est aussi peu Moi, que le portrait que j'ai de toi.


Date de création : 20-04-2003