<- CNRS 3, p. 262

CNRS 3, p. 263-264

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 264 Index des Cahiers

$

Il faut trouver des conceptions et des définitions pures qui permettent l'approximation indéfinie.

 

*

Coordination - Exemple du langage -

Maladresse, lapsus, ratés de réflexes - désobéissance, - indétermination - bande au lieu de ligne.

*

La liberté est ce qui me permet de suivre les circonstances -- c'est en somme la multiplicité des accommodations possibles entre m fonctions données -

De plus, elle est tirée de l'existence d'antagonismes possibles -

 

*

On ne peut expliquer que ce qu'on peut faire complètement c'est-à-dire que la possibilité d'expliquer dépend de la donnée ou de la proposée - et n'existe qu'entre des limites déterminées.

La philosophie est un problème de forme puisque c'est un problème d'expression où il faut déterminer les moyens et les opérations de combinaison -

)) Pour l'attention - il s'agit de décrire un système capable de déformations - parmi lesquelles celle-là -(( Puis montrer que ce système coïncide bien avec le réel - conserve les caractères visibles.

Puis revenant au sujet c'est-à-dire à une des déformations expressément désignée montrer sa relation avec les autres - ce qui est conservé - ce qui est altéré - montrer comment elle vient et va et ce qui demeure de ce passage.

On voit que mémoire, habitude, accoutumance, vieillissement, etc. sont des phénomènes résiduels d'irréversibilité. Mais ces phénomènes ne sont pas directement comparables aux phénomènes physiques de ce nom. La mémoire peut s'effacer - elle est intermittente etc.

Une autre idée de la mémoire - c'est que chaque fonction formant un ensemble limité - et le nombre des fonctions étant limité (les combinaisons étant infinies parce que les fonctions ont une infinité de valeurs) - cependant leurs valeurs particulières se reproduisent fatalement çà et là. -


Date de création : 20-04-2003