<- CNRS 3, p. 791

CNRS 3, p. 792-793

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 793 Index des Cahiers

$

       Point

     Lorsque je regarde un objet et que cet objet devient très petit, plus il est petit, plus j'approche d'un état dans lequel mes muscles et ma vue sont liés et comme immobilisés ensemble. Cet état de coordination, dans lequel je trouve la notion d'une distance (à partir de moi), d'une direction quant à moi, et qui est une sensation composée - se nomme un point. Et ce point est symbolisé par un corps assez petit pour déterminer cet état d'immobilité partielle. Le nom de point est rapporté ensuite à ce petit corps symbolique. On néglige l'intensité et la durée de la station décrite ci-dessus - et retenant seulement le fait que cette coordination peut exister dans toutes les directions et à toutes les distances - on a l'espace - qui est donc l'indépendance de cette formation d'un point d'avec un changement plus général.

*

D[egrés de]        Pour adapter à ses volontés, les choses de  

S[ymétrie]   toute nature, l'homme les suppose homogènes ou formées d'éléments identiques et les sépare de leur origine - n'en retenant que ce qui le sert son dessein et puis ce qui le contrarie.

L'homme fait des choses, une sorte de matière propre à ses opérations.

*

Le chemin le plus court c'est le temps (le plus pur...).

Quoique la définition de la droite par le minimum de distance, soit évidemment vicieuse, cependant je crois que la définition non vicieuse, et encore non trouvée de cette ligne, doit se trouver dans la mise en évidence d'un certain minimum - et dans la notion de continuité et prolongement.

Et à ce point primitif, le temps doit peut-être être invoqué.

On dira: pour passer d'un point à un autre - il y a un chemin qui nous représente le temps le plus court.

Si 3 points sont donnés, il peut arriver que ces points soient tellement placés que le tracement A B ne diffère du tracement A C que par un temps et pas d'autre modification motrice - Alors A B C est droite.

)) La droite est la ligne dont le tracement ne dépend que du temps - (ou une seule variable) et la distance (l'intuitive) < estla grandeur > de cette contrainte, le temps. ((

*

Et tout ceci montre que les coordinations motrices nous donnent la sensation l'intuition d'une sorte de potentiel. C'est quand les changements d'état dépendent d'une seule qualité ou variable. Cette notion est primitive, antérieure en quelque sorte au temps et à l'espace ou plutôt leur est commune.

La droite et la ligne dont le tracement est l'acte d'un seul et même système de moteurs.


Date de création : 20-04-2003