<- CNRS 3, p. 783

CNRS 3, p. 784

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 785 Index des Cahiers

$

Le mouvement local est le seul changement qui possède la propriété d'être entièrement représentable par un simultané - par une seule image - fixe = le chemin. A chaque mouvement correspond une figure conforme.

 

[Croquis.]

*

La question la plus difficile est lorsque ne se voit même pas ce que l'on veut. Le plus grand pas est de déterminer ce que l'on veut.

*

Beaucoup de systèmes ne vivent que de la négligence qui se garde de les pousser à bout. Ils durent tant qu'on ne les mène à la limite où ils seront absurdes.

*

La conscience nécessitée par une sorte de distance -

Par la diversité des circonstances possibles où l'auto-mobilité précipite l'être.

 

...Quand on creuse et fouille cette notion de la conscience on ne trouve au fond qu'une autre notion celle de diversité simultanée et s'opposant et créée par une même impulsion originaire -; et il faudrait analyser la conscience en une suite de petits actes de forme identique - une sorte de flux entraînant une transformation, allant du choc

*

Celui qui ne regarde pas dans son obscurité propre ne voit pas la virtualité vivre, ni vivre la chose peinte apparemment morte. [[ Aj. marg.: Ag[athe] ]]

Alors ce qui se fait c'est, au lieu de réagir selon ce qui intérieurement se passe, comme si cela était seulement - faire comme si cela était - vu, reculer le moi et celui qui voit sans être vu jamais, et qui entend au point où on parle.

... Et tout ce que tu veux dire est dit, et tout ce que tu vas dire est déjà dit, étant entendu par le même fait que c'est dit.

Et à ce niveau il n'y a pas de "doit", pas de repentir possible, pas de rétention. Là tout ce qui est, est et l'est d'une seule manière.


Date de création : 20-04-2003