<- CNRS 3, p. 771

CNRS 3, p. 772-773

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 773 Index des Cahiers

$

Les 3 Lois - (suite)

Tel mouvement composé de mes membres ou des mains etc. implique:

squelette      1° Un appareil cinématique - d'où un groupe de                         mouvements indifférents.

muscles et    2° Un appareil dynamique - d'où un groupe de      nutrition          phases - d'où notions des mouvements                             harmoniques, fatigue, temps.

nerf          3° un appareil directeur qui dans certains cas                         spécifie le mouvement et la force (2).

*

Larmes qui distillent, sourdent, et tombent

Se séparant d'une masse cachée

Par une tension perceptible

Comme le trop plein de l'impuissance.

Equilibre de l'inavouable.

Et de l'ineffable traversant

Malgré moi, malgré même

L'absence d'appareils pour lui -

(Parler n'est-ce pas se mettre       

 En équilibre?)

 

Si l'être vivant ne se débande pas comme un ressort dont la durée de réaction dépend de sa longueur et de sa déformation - c'est par cette merveilleuse invention des réserves et de leur instabilité qui permet des retardements adaptés aux circonstances, comme sont la réflexion, le tempérament, la retenue (celle sans tension).

*

   Séparations domaines

     Dans l'être vivant la réponse

est d'autant plus forte

          que le système est plus restreint.

Les impressions qui parviennent au voisinage du point sommeil - ne sont pas traitées comme celles qui venaient tout à l'heure. Pendant la veille nette, le traitement de ces excitations était limité par les données de la veille et n'admettait que des réponses compatibles avec ces données, le tout formant une sorte de domaine "réel" - mais sur le point du sommeil les réponses ne sont plus soumises à cette condition - et les impressions sont reliées à une explication quelconque de mémoire; et si le sommeil n'est pas encore entièrement conclu - il arrive que cette explication produit une sorte d'étonnement, d'insatisfaction, de réveil et finalement de correction par une classification de cette explication dans le rêve, et l'appel de l'explication compatible avec les données ressuscitées un instant de la veille. D'où il suit que les associations ou réflexes psychiques ne sont pas entièrement définis par un de leurs termes mais qu'il faut y adjoindre la phase.  Et même avec cette adjonction ce n'est pas que la phase de la veille nette que l'association peut être uniforme.


Date de création : 20-04-2003