<- CNRS 3, p. 769

CNRS 3, p. 770

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 771 Index des Cahiers

Un titre: La logique de l'amour de soi.

                         *

Il ne faut pas confondre la logique qui est seulement le maintien de l'uniformité des notations avec la force logique qui ajoute à ce maintien sa possibilité humaine, et qui consiste à pouvoir user longuement et régulièrement de la logique,  et développer les notations et conventions au loin et au large du départ.

Et il ne faut pas confondre la logique avec les modes divers de développement tels que symétrie, inversions - modes qui n'ont rien de nécessaire - (ce qui fait d'ailleurs leur utilité).

                         *

L'espace est un organe qui se fait en nous à partir de la naissance, plus ou moins fort et plus ou moins docile et qui ne peut pas ne pas se faire et qui se fait, à part le degré de force et d'obéissance, identique en tous les hommes.

Cet organe relie la sensibilité générale et la motilité dans leurs représentations. Il fournit comme un langage commun - ou le sentiment de quelque chose de commun - entre les suites de sensations afférentes à divers appareils moteurs (les muscles de l'oeil, ceux du doigt, du pied etc.).

Un point de l'espace n'est autre chose que la coexistence nette de sensation (parmi lesquelles il en faut de motrices,) et accompagnée de la notion que cette coexistence de telle forme est unique - toute autre coexistence nette est un autre point.

Cette coexistence se représente par une petite marque visuelle.

On peut donc appeler point en général tout groupement ainsi constitué. On pourrait dire aussi très correctement: toute chose assez petite pour déterminer une seule accommodation, représente cette accommodation qu'elle provoque et se peut appeler point.

Et comme une grandeur quelconque peut par l'éloignement tendre vers cette unité, il s'ensuit que le point n'est pas dans la chose, mais dans la déformation interne nécessaire pour maintenir la coordination relative à cette chose - déformation dont il est la limite.

Un point du temps serait constitué par la notion précédente en y adjoignant celle de l'incompatibilité des coordinations nettes.  2 nettetés ne peuvent coexister, 2 unités ne peuvent être une unité.

On peut regarder un son comme un élément sans durée et ceci est pourtant faux.


Date de création : 20-04-2003