<- CNRS 3, p. 766

CNRS 3, p. 767

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 768 Index des Cahiers

$

Dans une contemplation voir les choses qui peuvent  s'exprimer les unes par les autres, c'est le point de vue géométrique général tandis que le point de vue géométrique particulier sera celui des choses mesurables seulement et définissables.

Le point de vue du rhéteur cessera de voir ce qui mis en mots et même développé, transformé, fera des effets, sera très favorable - abréviations.

              *

Plaisir de la vision nette intérieure.

              *

                                 -->  praticable

         possible. <--

La pensée doit toujours conclure à l'incomplet. Toute considération est incomplète. Tout objet pensé est absurde si on le prend pour autre chose qu'une déformation grossière et partielle d'une chose inconnue. C'est même une sorte de merveille que nous ayons ces représentations incomplètes que toute science tend à montrer incomplètes plus encore qu'à compléter.

L'oubli et la fragmentation rendent la pensée possible et infidèle. Sans eux pas de pensée, et par eux, cette pensée utile et misérable.

Compares-y un sens isolé des autres - une oreille solitaire.

La logique prouve cette infirmité fondamentale.

)L'intelligence est l'ensemble des manoeuvres intérieures qui peuvent être voulues.(

*

La vivacité ou la lenteur de l'esprit sont indépendantes de la valeur de ses produits - mais sont une sorte de degré de la sensibilité générale, celle des coordinations.

*

Liberté - analyser rigoureusement.

La question de liberté se réduit à celle de la disponibilité.

Suivant les moments telle action exercée sur moi aboutira à un seul effet - ou bien à zéro - et dans d'autres moments au lieu du zéro ce sera un effet positif.

De sorte que la liberté sera le champ plus ou moins grand donné [[ * Rat.:  offert        ]] à la vis impressa - et par suite ma liberté (dans ce sens) ne dépend pas de moi et de ma volonté, mais au contraire permet ou non même ma volonté.

Elle ressemble au simultané. Elle est la grandeur instantanée du domaine de la volonté.

La veille est la possibilité de vouloir - c'est-à-dire de généraliser, étendre à tout le système une excitation.


Date de création : 20-04-2003