<- CNRS 3, p. 761-762

CNRS 3, p. 762-763

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 764 Index des Cahiers

    

Les associations seraient construites ainsi -

Chaque membre serait composé [a b c d] [p q r ] [v x y t].

L'association serait par exemple b - q - y -

Dans la veille les termes complémentaires seraient univoquement liés à b q ou y.

Dans le rêve les groupes seraient multiformes - l'association b q y pouvant subsister.

 

*

La pensée n'est concevable que comme un système de combinaisons - fini en puissance, infini en acte - puisque elle n'est pas une pluralité d'états entièrement distincts.

essaim immobile de moucherons en mouvement.

         *

Ornement - Etat ornemental

Inutile.

Surabondance d'adaptation

 

 

 

 

 

 

 

 

Je crois (à tel moment être assuré que d'ici à tel autre moment je ne lâcherai pas telle iée ou telle attitude - je ne m'endormirai pas - je ne mourrai pas - je ne pourrai être surpris par rien - comme lorsqu'on tient fortement un objet et qu'on défie quelqu'un de le dérober sournoisement.  Il n'a qu'à attendre. Dans ces moment la volonté se croit en direct rapport avec les choses vues. Mais ce qu'elle ne voit pas, triomphe d'elle dans son ombre et agit en amont.

     Image de la conscience:

J'y vois. Je distingue - je rejette ceci pour garder cela - je choisis - je prolonge - je reviens, j'insiste, et toute cette vue étant, et étant nette - même volontaire dans son principe apparent, semblant contenue par moi et dépendant fortement de mon vouloir, voici que - quelqu'un invisible, derrière moi, dans la chambre saisit le commandement de l'éclairage et brusquement fait la nuit - comme l'homme solide et frappant le sol d'un pied dur en pleine réalité par le choc de son vouloir et d'une résistance égale, si la sensation ou bien la cohésion, s'évanouissaient.

 

La volonté toute puissante devant elle, éclairée par son propre développement mais ne voyant que lui - est supportée par quelque chose invisible, libre par rapport à elle, située hors de toute connaissance directe et faisant le clair et l'obscur.

Et ce qui fait ainsi commencer et interrompre, le fait sans aucun égard à la forme de ce qui est présent - comme l'homme fatigué brusquement tué ou brusquement endormi, demeure dans l'attitude, dans le fragment de mouvement ou de parole commencé.

                                            G D

                                           


Date de création : 20-04-2003