<- CNRS 3, p. 757

CNRS 3, p. 758

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 759-760 Index des Cahiers

$

 

Il n'y a de clarté que par force.

Que de force pour ne pas intervenir, pour soutenir la simplicité, pour laisser faire nos fonctions sans y mêler leurs adversaires, leurs antagonistes.. Il n'y a de clarté que par la séparation instable, laborieuse. Le Tout est obscur, il est confusion.

Et cette force invincible de front, est par derrière elle limée, brusquement vidée, annulée. -

 

La propriété est un sentiment qui tient à l'adaptation. Il s'agit de particulariser, individualiser une portion des choses. Un arbre assimilé à ma réserve d'eau interne ou de graisse.

.. Peut-être les théories sur la propriété juridique devraient-elles différer suivant les objets.

*

 

  Ici j'ai besoin d'un certain vert. - je prends un               arbre. Là - d'une courbe - je mets une colline.

       L'ensemble signifiera un paysage, mais il               exprimera un ordre.

       C'est l'inverse de ce clignement d'yeux et de ce       regard fixe qui ôte toute signification de la vue et            permet d'amortir les significations pour ne ressentir          que les forces, les contours, les grandeurs, les              situations, les ressemblances et contrastes présents, °       à l'exclusion de mon histoire.

             

*

La littérature moderne ne sachant que dire et voulant parler à tout prix, se sentant "du talent". Exploration surexcitée de mille domaines, et on finit par simplement ouvrir la bouche - adorant tout ce qui en sortira.

Absence de motifs, de but, de résistance, d'obstacles et de couronne désirable. Rien qu'un désir en soi.


Date de création : 20-04-2003