<- CNRS 3, p. 257-258

CNRS 3, p. 258-259

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 260 Index des Cahiers

$

Le moi est la notion de repasser à un certain état - par exemple de dire ...... de manger, et de dire Je mange.

                     *

 

Mémoire et réversibilité générale.

Quand la mémoire me montre un trou - un vide - Et ce vide peut se remplir dans un autre temps - --

Extension de la mémoire - Elle est plus ou moins étendue.

a) Mémoire élémentaire - un mot usuel -    pas de localisation.

b) Mémoire composée - un poème, une danse, une opération

c) Mémoire localisée  simple - un visage un nom

              composée - une période -

                     *

Apprendre à parler c'est apprendre à dégager les sens des mots, des époques où on les a appris [[ . AJ. marg. g.: adaptation ]] - c'est oublier la plupart des relations d'alors - Sans oubli, on n'est que perroquet.

Il faut que le mot devienne une sorte d'unité utilisable, mobilisable et que la relation irrationnelle qui le constitue survive aux expériences multiples.

*

Ce que j'appelle fonction, ici, est une sorte de symbole -

Et voici - quoique ces fonctions soient mêlées dans l'être et que l'être ne nous montre que discontinuités, lacunes, brusques réactions - il est, je crois, décomposable en parties telles que chacune soit douée d'une certaine continuité. Cette continuité échappe en général à la conscience - Pas toujours.

*

1) Quoi que ce soit peut se substituer à quoi que ce soit - du moins en tant que nature, (species); et les exceptions à ce principe sont dues à des conditions étrangères à l'espèce des choses en question.

Voilà ce que présente la conscience - Mais à ces objets quelconques faisons correspondre des états d'une chose une, d'ailleurs inconnue et hypothétique. Alors le principe (1) disparaît et la substitution est réglée. A un objet A correspond un objet quelconque B. Mais à l'état A correspond le seul état possible b. En d'autres termes si on ne considère que les images A, B, elles sont quelconques entre elles - Si on adjoint d'autres choses, - (ou la totalité des conditions) A et B sont déterminés.

Tant que je ne regarde que des faits de conscience, il sont tous substituables, et leur suite paraît accidentelle - dénuée de toute loi - )) La conscience lit, comme l'oeil voit - quoi que ce soit de visible (( et il n'y a nulle loi entre les visibles divers - de même que l'oeil ne déchiffre la discontinuité des surfaces colorées ni l'oreille la différence des sons successifs.


Date de création : 20-04-2003