<- CNRS 3, p. 749

CNRS 3, p. 750

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 751 Index des Cahiers

L'être pensant et un ensemble de systèmes dépendants en acte indépendants en puissance.

Et il y a comme des degrés d'engrenage.

Il est remarquable que par l'attention nous soyons comme le maître momentané de notre tout et libres par quelque force à l'égard des événements assez petits. Mais ceci par une restriction de notre variabilité totale que nous refusons en quelque manière de subir, au bénéfice d'une certaine variation choisie.

De sorte que, nous soyons comme assujettis à une classe particulière de variations et de substitutions. Le tout dépend de la partie.

A l'état ordinaire je suis une correspondance entre des valeurs, prises une à une, n'importe où. Dans l'attention cette correspondance devient "continue" et je me découvre alors des variables qui s'organisent en fonctions les unes des autres.

*

La suite de souvenirs est peut être indivisible? [[   Aj. marg. g.: Mesurer: exprimer une accommodation par des actes. ]]

Nous ne la divisons qu'en la supprimant.

Si par la pensée ou je pouvais remonter mon propre cours - ce serait revoir les choses comme on ne les a jamais vues. Ce ne serait plus mon souvenir.

Si dans une suite l'antécédent est la condition du conséquent - il peut arriver que le souvenir de la suite puisse être rebroussé si la condition

*

"Adaptation" conduit à "coordination" lequel suppose unité et totalité - système partiel mais complet.

*

Je parle comme .. un brouillon à travers mes ratures incessantes, surcharges, refus, et parfois une très nette ligne, un mot essentiel se dégage.


Date de création : 20-04-2003