<- CNRS 3, p. 746

CNRS 3, p. 747

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 748 Index des Cahiers

$

L'être vivant est une possibilité d'organes. Et ces organes se réalisent sous la nécessité des fonctions - et toutes les fonctions sont ensemble conservation de quelque chose.

*

Aveuglément lucide, aveuglément voyant.

 

*

Volonté est ce mécanisme par lequel une représentation est suivie exceptionnellement de sensations qui lui correspondent, comme si la représentation primitive en provenait.

La volonté tend à renverser une règle et à faire de l'original une empreinte de son empreinte.

Vouloir faire ceci, c'est regarder ceci comme souvenir. Il y a volonté lorsque l'idée est suivie de sensations qui lui correspondent et qui lui ressemblent - la correspondance étant d'ailleurs effort et elle-même perçue ou perceptible en elle-même.

Ainsi - différence de domaines - succession - correspondance uniforme, et perceptible à part et enfin ressemblance (essentielle) tels sont les composants - [[ . Aj. marg. g.: S'accommoder à une idée - Suppose que la pupille diminue l'éclat extérieur au lieu d'en être diminuée - ]]

Vouloir intérieurement exige des signes pour qu'il y ait différence de domaines. (J'entends par vouloir intérieurement une volonté dont l'objet est intérieur).

 

  Voir telle chose et s'y tenir.

 

*

Tout ce qui peut être lent ou rapide à l'égard de la perception, et donc qui peut être annulé par sa rapidité ou par sa lenteur, est séparé de ce qui perçoit, ou indépendant de lui.

*

La peinture suppose une immense familiarité avec les objets et qu'on les connaisse par leurs noms. Le dessin est plus hiéroglyphique qu'on ne le pense.  Et de même qu'il n'y a pas de musique du bruit quelconque, il n'y a pas de forme et de perfectionnement ou abréviations dans les dessins sans une connaissance ordinaire et très habituelle et arrêtée des objets.


Date de création : 20-04-2003