<- CNRS 3, p. 257

CNRS 3, p. 257-258

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 258-259 Index des Cahiers

$

La promptitude possible de l'esprit pour passer d'un sujet à un autre et à un autre est variable d'un moment à l'autre -

 

*

La différence de 2 choses est la forme de l'unité que je compose d'elles - Nature perçue de la transition essayée.

En présence d'une pluralité d'impressions je perçois que je puis passer de l'une à l'autre ou par un saut brusque ou par une déformation qui réside dans le même - organe(?) -

A un certain point de vue - on peut se représenter tout ceci par des changements d'intensité et de direction - Je sens un changement de direction - c'est-à-dire d'accommodation, de région etc. C'est le travail ou chemin à effectuer pour aller d'une donnée à l'autre.

 

*

La métaphore et la relation rationnelle, généralisées comme il convient, ne sont autre chose que le passage d'un objet donné à son groupe fonctionnel c'est-à-dire à toute l'étendue de son expression en fonctions simples psychologiques. En particulier on va réellement de l'objet à lui-même - Ce procédé peut être partiel - et l'est généralement - c'est-à-dire que ce que j'ai appelé objet peut coïncider avec le substantif par exemple ou ne pas coïncider, en être une partie fonctionnelle - forme, couleur, etc.

 

*

Il s'agit de décrire le domaine de l'être humain, son espace total - Mais nous ne le connaissons que par parties et intérieurement - Je sais que j'ai été là, puis là, puis là.. puis dans ce rêve, puis nulle part puis ici où je suis?

*

On se réfugie dans ce que l'on ignore - L'espoir est la faveur de l'inconnu -


Date de création : 20-04-2003