<- CNRS 3, p. 729

CNRS 3, p. 730-731

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 731 Index des Cahiers

$

Le temps intuition de l'indépendance entre la conscience et tel objet de conscience, par suite du changement incessant de la conscience qui ne peut se fixer mais seulement, dans certains cas, varier (entre des limites) de façon que la variation soit adaptée à un objet.

Souvent on appelle temps ou durée, cette dernière chose - cette dépendance momentanée.

Nous ne pensons pas à tout à la fois, mais nous ne nous en apercevons que quelquefois: justement quand nous voulons expressément faire une dépendance ou au contraire quand nous ne la voulons pas mais la subissons de mauvais gré [[ Rat:  Alors nous nous sentons vivement disputés par une multiplicité dont la résolution ]].  Alors nous sentons vivement non seulement quelque chose, un certain objet, mais aussi que cet objet est perçu, qu'il occupe quelque autre chose, qu'il annule toute chose autre, qu'il consomme, absorbe, spécialise un être plus grand, plus général que lui et essentiellement singulier, lui étant extérieur ou intérieur, peu importe, et l'autre toujours intérieur, toujours errant dans l'intérieur.

*

Introspection.

Les faits intérieurs sont ou localisés ou donnent l'impression de mobilité. Possibilité de l'introspection.

[Croquis.] [[ . Schéma géométrique illustrant l'intégration du réel dans l'introspection par une double projection.   ]]

Deux ordres de faits.

 Les chocs, signaux, les irrationnelles.

 Les fonctions continues.

Mémoire fonction discontinue de variables continues.

Diverses formes de cette fonction.

Mémoire significative (mélodie).

Mémoire formelle. Irréversibilité et mouvement de retour.

 

*

Kant si admirable - n'a pas donné la vraie méthode qui consisterait à substituer aux dires ordinaires des philosophes, les expériences intérieures réelles dont les résultats sont philosophie. Ces expériences sont il est vrai difficiles à exprimer. Elles sont, puisque tous les arguments se réduisent à ceci: possible de se représenter ou impossible, possible de d

Diviser, de penser séparation A et B.

On verrait alors mieux le danger des fantômes et des abstraits non engendrés (par le penseur même). Kant a été obscurci par les mots.

Une proposition n'est pas nécessairement réelle (je ne veux pas dire vraie mais possible).


Date de création : 20-04-2003