<- CNRS 3, p. 727

CNRS 3, p. 728

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 729 Index des Cahiers

$

Si nous avons connaissance des ombres, c'est que nous embrassons d'un seul coup les lumières et leurs lacunes. Si l'oreille ne nous donne les ombres des sons, c'est que sa connaissance est imparticulée, inconstante. Chaque instant visuel est composé, divisible - quelle que soit sa brièveté. Chaque instant sonore est comme simple - à cause de la diffraction.

Un instant de vision aussi bref que possible emporte d'un seul éclair une quantité indéterminée d'objets. Et il peut arriver que prolongé indéfiniment il ne s'y ajoute rien.

 

- La division que nous pouvons opérer sur un instant visuel fixé, est indéfinie - il n'en est pas de même quand à un élément de temps auditif.

*

Relier la figure déterminée de tel état conscient, aux conditions générales, quelle difficulté!

Le cours de la pensée est divisé en "temps".

*

Pour qu'un élément puisse figurer dans la pensée organisée il faut et il suffit que cet élément soit relié, il est inutile qu'il soit représenté complètement précisément.

*

) L'instabilité de la conscience est parmi les conditions nécessaires des signes. (

*

Il ne me suffit pas de comprendre, il me faut éperdument traduire.

*

Mon malheur vient de ma rigueur, de ma.. vertu.


Date de création : 20-04-2003