<- CNRS 3, p. 723

CNRS 3, p. 724

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 725 Index des Cahiers

$

Abus de la divination.

Noblesse et grand dessein. Grande attitude secrète. Goût d'être unique. Qu'importe l'absurde à celui qui ne fait passer? Qu'importe à l'homme d'être absurde ou pas? Que fait à la vague unique le savoir qu'elle est instable puisqu'elle retombe naturellement?

Le plus grand orgueil est le sentiment de ce rien. Une réaction, une défense des moments sacrés.

Cloclo -

Que fait papa?

I travaille .

Y fait des mots, papa.

 

J'appelle noblesse cette règle cachée de ne ressembler à personne, de ne s'arrêter à rien d'exprimable - de ne

                   pouvoir être sali et de se trouver toujours                       toujours net après un petit temps.

- Sorte de Sacrificateur. Pouvoir se traiter comme un          autre - et se mépriser en tant que semblable.

     Le carnivore. Tout animal à jeun est carnivore.

 

La noblesse est non la puissance mais le naturel de la puissance.

*

Ingres disant: "Cette beauté...que les membres sont pour ainsi dire comme des fûts de colonnes -"

Je vois très distinctement cette manière et ce désir dans l'art d'écrire par la netteté et la simple attache des propositions, et les verbes entiers.

Cf. la description du corps humain dans Bossuet - Connaissance de Dieu.

*

Il y a des auteurs que je n'admire que pendant la lecture. D'autres retentissent plus tard. Je n'aime beaucoup que ces auteurs qui me transforment.

*

Ecrire a ceci seulement de bon qu'il oblige à cette question continuelle: qu'est ce donc que je veux dire?

Et ce "je veux" est singulier. Je veux donc sans savoir quelle chose je veux?

On voit par là que sans doute la netteté du vouloir est autre chose que la netteté de l'idée. Entre ces deux nettetés il doit finalement y avoir un système d'articulations qui les unisse.

Général = complet


Date de création : 20-04-2003