<- CNRS 3, p. 719

CNRS 3, p. 720

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 721 Index des Cahiers

$

Un langage! Un langage! pour exprimer non les images mais leur construction, mais leur sort - et tout ce qui, quantité, forces, transformations réglées ou élémentaires, ... les fait - vivre.

*

Un voyage, un changement assez grand de milieu, une sphère réelle tout à fait neuve produit l'impression d'un rêve, d'une loi complète (de ma pensée) dont on perçoit la domination étrangère, étrange, tandis que dans l'ordinaire des circonstances, l'étrange est voulu, et les lois et les conditions imposées sont imperceptibles, la nécessité située en deçà de la conscience, la liberté très apparente puisque les choses sont familières comme mes mouvements et mes réponses. Je ne songe pas: Moi, ici? -

*

La mémoire est l'homme plus durable que la chose.

*

Nous voyons des choses qui dépassent infiniment notre pensée. Nous subissons des impressions plus complexes que notre moment.

Et des figures formées dans nos cerveaux, éveillant nos fonctions, inséparables d'elles passent de beaucoup notre puissance de ressouvenir, de compréhension, de retracement...

Par quoi je me semble une unité opposée à mes impressions.

*

Un objet - ce livre, ce mur - est une unité en ce sens que chaque impression qui s'y rapporte est symbole d'une autre ou de plusieurs autres. C'est un groupe complet de symboles.

Le Voir-en-général n'est pas symbole du toucher-en général, mais telle valeur de vision de telle autre, tact ou distance.

Si le voir est plus lié au toucher et à la distance que l'odeur, c'est à cause de l'accommodation particulière visuelle.

*

Le progrès - Détail cf. musique moderne pleurer rire etc.


Date de création : 20-04-2003