<- CNRS 3, p. 209

CNRS 3, p. 210

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 211 Index des Cahiers

$

Pour les pédagogues - il faut réserver à la jeunesse, ces études qui consistent à apprendre par coeur - Plus tard le temps fera défaut et la contrainte - Mais on pourra toujours lire l'histoire - et on ne pourra pas toujours apprendre les déclinaisons et les règles, si l'envie en vient ou le besoin.

...L'enfant comprend de suite - ou quinze ans après.

Pour l'enfant, un triangle tracé sur le noir est une chose - et si on ne lui dit pas que c'est un symbole, tout théorème lui paraîtra ou superflu, ou impénétrable2.

 

*

L'esprit n'est-il au fond qu'observateur? et des travaux ne sont-ils pas des résultats élaborés par autre chose? ses labeurs purement tentatives pour mieux voir? (ce qu'il ne joint pas).

Dans un raisonnement réellement effectué - les transitions successives ne sont-elles pas invisibles? Le passage du particulier au général ou l'inverse, qui les a vus? Toute démonstration dit: Faites ceci et vous verrez! Juxtaposez des unités et le résultat sera une juxtaposition d'unités - La somme de nombres entiers est un entier - En dernière analyse, intuition comme dernier recours - Appel aux sens, aux yeux intérieurs - et à un mécanisme - un déclenchement qui décide.

 

*

Fréquence

Sensations et entendement

parole intérieure

images   .

travaux - vouloir

 

Définition. Les sensations motrices sont celles - les seules - qui peuvent suivre uniformément, sûrement, - une pensée par voie d'association.

Toutes les autres sensations peuvent précéder, jamais suivre - Lorsqu'elles devraient suivre, elles sont remplacées par des images - Mais pour les motrices l'image et la réalité sont continûment liées -

L'excitation de ces sensations vient du même lieu que les images occupent.

Dans le sens génital, la moelle est excitée par le cerveau. x


Date de création : 21-04-2003