<- CNRS 3, p. 706

CNRS 3, p. 707

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 708 Index des Cahiers

$

En somme sous un même signe irrationnel se place l'ensemble des images qui excitent (rationnellement) une certaine image intérieure sans interposition d'autres choses et sans discontinuité.

Comme expérience précise, il faut chercher comparativement ce qui se passe lorsque on va 1° de l'impression A - à l'image interne B et au signe irrationnel C, et 2° du signe ouï C à B et de B à C.

On passe de l'impression (A) à une sorte de modèle mécanique interne de cette impression, modèle (B) qui est en quelque sorte (en poussant très loin le phénomène) la perception du groupe de fonctions qui entrent dans A ou que A nécessite et - excite. C'est en quelque sorte la structure de A en moi; c'est une image fonctionnelle, - je veux dire accompagnée de sensations analysantes - elle est dans l'espace dynamique interne.

*

D'une certaine façon, - la conscience est un point représentatif de l'état d'un système qui n'est ni le corps entier ni même tout le système nerveux.

... En elle-même elle semble toujours un système toujours incomplet et nous ne pouvons à chaque instant nous empêcher de la compléter par un appel à la mémoire - (c'est-à-dire considérer des faits de conscience comme insuffisants par eux-mêmes et localisés alors c'est-à-dire justifiés dans le passé).

*

Toute proposition implique la parole et la connaissance - c'est-à-dire un témoin parleur et articulé.

Le je ou moi indique que le témoin est aussi un élément de la proposition. L'expression et la chose exprimée sont dans un même système.


Date de création : 20-04-2003