<- CNRS 3, p. 689

CNRS 3, p. 690

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 691 Index des Cahiers

$

Croquis

La volonté et l'attention portées sur un point se changent continûment et insensiblement en une fixation, morne - et de laquelle l'objet même disparaît - tandis que l'attitude et la contracture générale demeurent, comme le coureur pétrifié, comme le squelette ou le fossile d'un oiseau, comme le torrent gelé, comme l'acier ou le verre refroidis gardant la tension interne, comme le dessin et l'écriture abandonnés, - la machine patine.

Il n'y a pas d'objet sans attitude mais il y a des attitudes sans objet.

...Il faut rapprocher cette fixation - ou sur-fixation - de certains états observables entre la veille et le sommeil.

Et aussi les attitudes corporelles - et même, allant beaucoup plus loin, pense à côté de tout ceci, aux formes des êtres vivants qui sont figures d'équilibre et issues de lois de transformation dans lesquelles entrent des conditions qui peuvent dans une certaine mesure devenir indépendantes.

Intermittence de l'unité et de la dépendance.

Stabilité d'états instables.

*

Les axiomes de tout langage.

1) Une chose peut être donnée de 2 ou n façons.

2) On peut isoler une certaine partie du tout.

3) Il existe des relations irrationnelles.

4) Certaines relations irrationnelles peuvent redevenir - (relations régulières).

5) Certaines parties isolables peuvent entrer dans des relations régulières.

6) Axiome de composition - ou congruence d'un tout et d'une composition -

7) Nombre fini des parties.

Tant de miroirs, les hommes, que se donne la "Nature" et qu'elle rejette par myriades après s'être vue par nos yeux.

          *

La belle peinture est un théâtre.


Date de création : 20-04-2003