<- CNRS 3, p. 683

CNRS 3, p. 684

Cahiers de Paul Valéry
-> CNRS 3, p. 686 Index des Cahiers

$

| sensation [accommodation 1] | Eveil |accommodation | Mémoire

                           d'autres   2    "le jaune

                               fonctions       devient vert"

                                 B.

Mémoire comme limite d'un processus perceptif

*

Dans la littérature moderne les mots agissent non en liaison mais en juxtaposition. On a voulu "rendre" le simultané - mais on a dû emprunter une forme - la proposition - faite pour exprimer la relation non réciproque [(A/B) = (B/A)] - On a donc donné aux substantifs des épithètes qui ne les fixent pas, mais qui modifient le lecteur, en même temps que le substantif le modifie -

*

La philologie montre le langage se faire et se transformer bêtement. C'est très important - Elle dit: pas si intelligent.

*

La proposition pourrait être mise sous cette forme:

Dieu est bon = Db = une unité =              Db = 1

  négative D -b = 1

Une égalité X = Y s'écrirait alors XY = YX = 1

*

Le monde n'est (ce qu'il est) que par une sorte de vitesse qui nous fait franchir continuellement la difficulté de la comprendre et l'ennui de la connaître.

*

Entre le sujet et l'attribut il y a toujours, il doit y avoir, une certaine relation - autre que celle marquée par la copule - et qui est une relation purement formelle, de purs signes - destinée au contraire à EVITER l'expression de la relation intrinsèque - En effet (A est B) peut toujours s'écrire, n'est pas toujours intelligible. L'unité se présume par la copule mais elle n'est possible que par une autre relation d'un autre genre.

*

Il y a mélodie lorsque succession de notes est assez fréquente, assez prolongée, assez brève, et les notes telles - que - cet ensemble soit significatif et traductible par un état continu ou par un seul état.


Date de création : 20-04-2003